Communiqué de presse France Assos Santé du 26 février 2021

Tous vaccinés avant la fin de l’été ? Oui, c’est possible si on s’en donne les moyens !

Après un démarrage laborieux puis l’espoir de voir la campagne de vaccination enfin prendre son essor, les résultats sont aujourd’hui décevants.

France Assos Santé alerte sur de nombreux dysfonctionnements :

– Impossibilité de prendre des rendez-vous en ligne ou par téléphone et, dans de nombreux sites, de s’inscrire sur une liste d’attente
– Absence de visibilité sur l’ouverture des plages de rendez-vous alors que des doses sont livrées chaque semaine
– Insuffisance de doses disponibles alors que la France a reçu 8 Millions de doses depuis décembre dernier et que seules 4 Millions d’injections ont été réalisées à ce jour.

France Assos Santé déplore que les pouvoirs publics n’aient pas saisi l’opportunité de décaler le délai d’administration de la deuxième dose, comme le recommandait la Haute Autorité de Santé, afin de primo vacciner un plus grand nombre de personnes à risque rapidement. Aujourd’hui, seuls 21% de la classe d’âge des plus de 75 ans (hors EHPAD) est vaccinée alors que cette population est prioritaire en raison de sa fragilité, et la plus susceptible de développer une forme grave de la maladie.

Par ailleurs, pourquoi les personnes âgées de 65 ans à 75 ans sont-elles les grandes oubliées de la campagne ? Beaucoup d’entre-elles souhaitent se faire vacciner, notamment en raison de comorbidités. Des perspectives doivent leur être données au plus vite.

Parmi les avancées constatées récemment, France Assos Santé se réjouit de voir les médecins généralistes et les pharmaciens rejoindre les forces vives de vaccination pour en accélérer le rythme. De même, l’ouverture de la vaccination en entreprise par l’intermédiaire de la médecine du travail va permettre à de nombreux actifs éligibles de se faire vacciner.

Pour autant, France Assos Santé rappelle qu’il est impératif d’aller vers certaines populations pour leur permettre d’accéder à la vaccination :
– Les personnes âgées dépendantes vivant chez elles et les personnes atteintes de handicap qui ne peuvent pas se déplacer. Nous demandons à nouveau que les infirmier(e)s soient autorisé(e)s au plus vite à vacciner à domicile.
– Les personnes en situation de précarité et/ou éloignées du numérique qui n’ont pas accès aux technologies pour prendre rendez-vous. Il est indispensable de mettre en place des accompagnements appropriés.

France Assos Santé demande une amélioration rapide des conditions de mise oeuvre de la campagne de vaccination pour assurer au plus vite la protection de toutes les personnes à risque et progressivement de l’ensemble de la population.

Contact presse : Sophie BANCET – 06 18 13 66 95 – communication@france-assos-sante.org

Pour retrouver la version originale du communiqué de presse datant du 26 février 2021, cliquez ici.

Communiqué de presse France Assos Santé du 18 janvier 2021

La campagne de vaccination anti-Covid change de braquet : les représentants des usagers parties prenantes de cette montée en puissance

Après le brouillon, la copie pour de bon ? La campagne de vaccination contre la Covid-19 semble en tout cas s’être mise en ordre de marche. Un coup d’accélérateur bienvenu, dans un contexte de reprise de l’épidémie et de circulation de variants plus contagieux encore. Et surtout, une nouvelle stratégie plus simple et plus juste.

Outre les plus de 75 ans, tous les patients considérés « à haut risque » peuvent désormais se faire vacciner, quel que soit leur âge. C’était notre demande : France Assos Santé prend acte de cet élargissement aux personnes les plus fragiles.

Ces 850 000 personnes prioritaires ne représentent pas tous les patients chroniques. Un choix a été fait, sur des bases scientifiques. Nous l’estimons raisonnable, et responsable en prévision du calendrier d’approvisionnement et des risques de pénurie de doses notamment au vu des attentes des Français, de plus en plus nombreux à choisir la vaccination.

Pour faire face à ce nouvel afflux de candidats à la vaccination, la logistique a été amplifiée : ouverture de près de 700 centres de vaccination sur tout le territoire et des unités mobiles en renfort pour toucher les personnes isolées. France Assos Santé demande à nouveau que les infirmiers et pharmaciens participent à ce déploiement. Il faut mobiliser toutes les forces vives pour favoriser une couverture vaccinale le plus large possible.

Mais la réussite de cette campagne de vaccination passe aussi par la nécessaire vigilance de nos équipes sur le terrain : des centaines de représentants d’usagers dans toutes les régions, prêts à accompagner, faciliter, signaler, le cas échéant, les difficultés liées à la mise en oeuvre et au bon fonctionnement de l’ensemble de ces dispositifs.

Acteurs, et pas seulement spectateurs, dans un seul but : gagner ensemble la bataille engagée contre la Covid-19. C’est non seulement notre rôle, mais également notre responsabilité d’y contribuer.

Comme il est de notre responsabilité, à tous, vaccinés ou pas, de continuer à respecter les gestes barrières.

Contact presse : Sophie BANCET – 06 18 13 66 95 – communication@france-assos-sante.org

Pour retrouver la version originale du communiqué de presse datant du 18 janvier 2021, cliquez ici.

Communiqué de presse France Assos Santé du 14 décembre 2020

Vaccination contre la Covid-19 : Les plus de 65 ans et les personnes atteintes de maladies chroniques disent majoritairement oui !

En prévision de la première phase de vaccination contre le virus Sars-Cov-2, qui commencera début 2021, en France, et concernera les populations les plus vulnérables, France Assos Santé prend la mesure du défi qui nous attend. Ces vaccins constituent indiscutablement une lueur d’espoir. Deux vaccins disponibles en janvier, moins d’un an après le début de l’épidémie : la performance mérite d’être saluée. Et derrière elle, l’engagement de tous ceux, scientifiques, industriels, pouvoirs publics, mais aussi volontaires pour tester les vaccins candidats, qui se sont mobilisés pour faire face à l’urgence sanitaire.

Dans un contexte de défiance vis-à-vis des vaccins, 63 % des personnes de 65 ans et plus, et 53 % des patients atteints de maladie chronique, se déclarent prêts à se faire vacciner. C’est ce que révèle un sondage de l’Institut Viavoice, réalisé fin novembre pour France Assos Santé*.

Des interrogations demeurent, des inquiétudes s’expriment, toutes légitimes, mais France Assos Santé voit dans ces deux chiffres un score encourageant, et surtout susceptible d’évoluer.

Se faire vacciner est bien sûr une décision individuelle. Mais se faire vacciner est aussi un acte altruiste : en se protégeant, on protège les autres. Sans cette dimension collective, pas d’immunité à grande échelle, pas de place dans nos hôpitaux pour les personnes atteintes d’un cancer ou en attente d’une greffe, pas de sérénité pour les plus âgés d’entre nous, et pas de retour à une vie normale avant longtemps.

Mais l’adhésion ne peut se gagner qu’à une condition, indispensable : la confiance issue d’une information loyale, honnête et actualisée. De l’injection aux éventuelles réactions, voire effets indésirables, France Assos Santé réclame la plus grande transparence. Toutes les données susceptibles de permettre à chacun un choix éclairé doivent être régulièrement communiquées, disponibles, accessibles. Pas d’efficacité, aussi haute soit-elle annoncée, sans une sécurité optimale. Urgence ou pas, la balance favorable bénéfice/risque reste l’alpha et l’oméga.

Chacun prendra sa décision en connaissance de cause.

 

Contact presse : Sophie BANCET – 06 18 13 66 95 – communication@france-assos-sante.org

 

A regarder en complément : France Assos Santé a organisé, le 10 décembre 2020, un webinaire autour des enjeux de la vaccination anti-Covid-19, avec quatre spécialistes des vaccins et de santé publique. Ce webinaire est disponible en replay sur www.france-assos-sante.org.


*Sondage Viavoice pour France Assos Santé, réalisé en ligne entre le 23 et le 30 novembre 2020 auprès d’un échantillon de 2 000 personnes, représentatif de la population française de 18 ans et plus.

 

Pour retrouver la version originale du communiqué de presse datant du 14 décembre 2020, cliquez ici.

COVID-19 et grippe saisonnière

France Assos Santé demande que soit rétablie en urgence l’obligation vaccinale antigrippale* de tous les professionnels de santé au contact des patients et usagers.

Chaque année le virus de la grippe saisonnière sévit dès le début de l’automne jusqu’au printemps et provoque entre 8 et 15 000 décès prématurés. Sans vaccin, la même épidémie aurait été responsable d’au moins 20 à 30 000 morts.

Cette année et l’année prochaine, la poursuite de l’épidémie de COVID-19, et les risques de rebonds successifs, peuvent provoquer la saturation des capacités d’hospitalisation en réanimation et accroitre encore les pressions sur les soins primaires et les services d’urgence.

Dans ce contexte, France Assos Santé soutient une politique vaccinale antigrippale ferme et sans ambiguïté afin d’affronter l’épidémie grippale 2020-2021 et le risque majeur de « cumul » avec la COVID-19.

En l’absence d’une couverture vaccinale suffisante, de nombreux patients présentant des formes graves de la grippe risquent de ne plus trouver de place dans les hôpitaux. Or la vaccination anti grippale a fait ses preuves et son bilan bénéfice-risque lui est favorable.

La mise en place urgente d’une forte campagne de vaccination en direction de toute la population, en particulier des plus fragiles et des plus exposés, est nécessaire, mais ne suffira pas.

France Assos Santé demande que soit rétablie en urgence l’obligation vaccinale antigrippale de tous les professionnels du système de santé, du secteur médico-social, et son élargissement à tous les professionnels prenant en charge un soutien à domicile des personnes âgées ou en situation de handicap.

Dans ce contexte, France Assos Sante demande par ailleurs la prise en charge à 100% par l’Assurance maladie du vaccin contre la grippe pour l’ensemble de la population.

France Assos Santé alerte sur la gravité de la situation et sur les conséquences catastrophiques éventuelles d’une vaccination antigrippale insuffisante sur l’ensemble de la population confrontée aujourd’hui à l’épidémie de COVID-19.

On ne pourra pas dire que l’on ne savait pas !

Contact presse : 01 40 56 98 80 – communication@france-assos-sante.org

Pour retrouver la version originale du communiqué de presse datant du 25 septembre 2020, cliquez ici.


*Suspendue en 2006 par décret (n° 2006-1260 du 14 octobre 2006)

Semaine européenne de la vaccination

Du 23 au 29 avril 2018 aura lieu la 12e édition de la Semaine européenne de la vaccination

La Semaine Européenne de la Vaccination (SEV) est un temps fort de mobilisation et d’actions pour promouvoir la vaccination.

Pour la France, le thème sera la « vaccination du nourrisson », ce qui permettra de mener des actions pédagogiques sur la vaccination dans le contexte de l’entrée en vigueur de l’extension des obligations vaccinales de l’enfant de moins de deux ans.

Les objectifs de cette Semaine sont :

– Rappeler à la population que la vaccination est la meilleure des protections contre certaines maladies infectieuses, et qu’il est important de se faire vacciner et de mettre à jour ses vaccinations,

– Améliorer la couverture vaccinale en renforçant la sensibilisation autour de la vaccination, du public, des professionnels de santé, des pouvoirs publics et des médias.