Rencontres “Co-Vivre l’après”

Rencontres « Co-vivre l’après », elles se poursuivent ! 

Vous avez été infecté.e par le COVID ?

Cela reste une épreuve ?

Vous aimeriez échanger avec d’autres personnes qui partagent le même vécu, les mêmes préoccupations ?

Nous vous invitons à participer à l’une des rencontres organisées sur la région Grand Est sur le « Vivre Après ».

Des rencontres « Co-Vivre l’après » à quoi ça sert ?

L’objectif de ces rencontres est de créer un espace bienveillant d’échanges entre personnes ayant été infectées par la COVID-19 sur leur vécu, leur ressenti et les difficultés qu’elles rencontrent plusieurs semaines, voire mois après l’infection.

La compréhension mutuelle des préoccupations de chacune et chacun, la liberté de s’exprimer sur son ressenti sans jugement des autres, le partage de trucs et astuces entre personnes concernées : voici quelques ambitions de ces rencontres. Nous espérons que vous y trouverez une entraide bénéfique pour réussir à mieux « vivre l’après ». 

Qui organise ces rencontres ?

Ces rencontres sont animées par des bénévoles d’associations de patients qui n’auront pas vocation de répondre à

d’éventuelles questions médicales mais sauront guider les échanges pour les rendre les plus constructifs possibles entre vous.

La confidentialité et le respect de la parole des un.e.s et des autres seront garantis.

Les sujets et les thèmes abordés ensemble feront l’objet d’un compte-rendu anonymisé et contribueront à une remontée de vos difficultés et de vos éventuels besoins auprès des associations de patients, des soignants et aussi des institutions de santé.

Comment participer ?

Ces rencontres sont organisées sur l’ensemble des départements de la région Grand Est.

En raison du contexte sanitaire,  ces rencontres se déroulent  sous forme de visio-conférences. Ces rencontres « à distance » seront remplacées par des rencontres en présentiel dans des lieux adaptés dès que cela sera possible.

Pour vous inscrire à l’une des prochaines rencontres :  

Rendez-vous ici !

Et/ou nous contacter par mail: covivre@france-assos-sante.org

Nouvelles dates :

 – 22 mars de 18h à 20h

 – 24 mars de 12h à 16h

 – 29 mars de 18h à 20h

 – 12 avril de 18h à 20h

 – 19 avril de 18h à20h

Communiqué de presse France Assos Santé du 26 février 2021

Tous vaccinés avant la fin de l’été ? Oui, c’est possible si on s’en donne les moyens !

Après un démarrage laborieux puis l’espoir de voir la campagne de vaccination enfin prendre son essor, les résultats sont aujourd’hui décevants.

France Assos Santé alerte sur de nombreux dysfonctionnements :

– Impossibilité de prendre des rendez-vous en ligne ou par téléphone et, dans de nombreux sites, de s’inscrire sur une liste d’attente
– Absence de visibilité sur l’ouverture des plages de rendez-vous alors que des doses sont livrées chaque semaine
– Insuffisance de doses disponibles alors que la France a reçu 8 Millions de doses depuis décembre dernier et que seules 4 Millions d’injections ont été réalisées à ce jour.

France Assos Santé déplore que les pouvoirs publics n’aient pas saisi l’opportunité de décaler le délai d’administration de la deuxième dose, comme le recommandait la Haute Autorité de Santé, afin de primo vacciner un plus grand nombre de personnes à risque rapidement. Aujourd’hui, seuls 21% de la classe d’âge des plus de 75 ans (hors EHPAD) est vaccinée alors que cette population est prioritaire en raison de sa fragilité, et la plus susceptible de développer une forme grave de la maladie.

Par ailleurs, pourquoi les personnes âgées de 65 ans à 75 ans sont-elles les grandes oubliées de la campagne ? Beaucoup d’entre-elles souhaitent se faire vacciner, notamment en raison de comorbidités. Des perspectives doivent leur être données au plus vite.

Parmi les avancées constatées récemment, France Assos Santé se réjouit de voir les médecins généralistes et les pharmaciens rejoindre les forces vives de vaccination pour en accélérer le rythme. De même, l’ouverture de la vaccination en entreprise par l’intermédiaire de la médecine du travail va permettre à de nombreux actifs éligibles de se faire vacciner.

Pour autant, France Assos Santé rappelle qu’il est impératif d’aller vers certaines populations pour leur permettre d’accéder à la vaccination :
– Les personnes âgées dépendantes vivant chez elles et les personnes atteintes de handicap qui ne peuvent pas se déplacer. Nous demandons à nouveau que les infirmier(e)s soient autorisé(e)s au plus vite à vacciner à domicile.
– Les personnes en situation de précarité et/ou éloignées du numérique qui n’ont pas accès aux technologies pour prendre rendez-vous. Il est indispensable de mettre en place des accompagnements appropriés.

France Assos Santé demande une amélioration rapide des conditions de mise oeuvre de la campagne de vaccination pour assurer au plus vite la protection de toutes les personnes à risque et progressivement de l’ensemble de la population.

Contact presse : Sophie BANCET – 06 18 13 66 95 – communication@france-assos-sante.org

Pour retrouver la version originale du communiqué de presse datant du 26 février 2021, cliquez ici.